Le Bobtail, sa personnalité

 

Le grand ami des enfants

Le bobtail a du caractère, quoi qu’on ait dit à son sujet. Bien entendu, c’est un chien très sympathique, le grand ami des enfants ; Outre-Manche il est surnommé nanny dog (nounou des enfants). Il joue souvent au grand dadais éperdu d’affection, qui devient même assez envahissant par sa recherche incessante de caresses. Pot de colle, il aime suivre son maître partout. Grand amateur de voiture, il est toujours partant et on peut l’emmener où l’on veut, car il sait très bien se faire discret tant qu’il peut surveiller du coin de l’oeil les allers et venus de ses maîtres. Mais on ne doit pas oublier qu’il est d’une nature plutôt têtue. Autre point à ne pas négliger, c’est son énergie débordante. Ce n’est pas un animal de salon, mais un berger rustique qui a besoin de marcher longuement et de courir en liberté très régulièrement. Le laisser au jardin ne tient pas lieu d’exercice.
On ne prend pas assez le Bobtail au sérieux et c’est dommage, car il a fréquemment des dispositions pour la garde. D’ailleurs, livré à lui-même dans une propriété fermée, il ne peut pas se passer de faire retentir sa voix grave dès qu’un passant apparaît. Disposant d’un bon équilibre caractériel, sûr de lui, peu accessible à la peur, ce brave chien de famille pourrait faire, dans le fond, un très bon gardien.  

Signalons enfin qu’il a des dispositions certaines pour le pistage et que dans toutes les acactivités qui lui seront proposées, c'est un chien volontaire qui n’a qu’une envie, faire plaisir à son maître ! Plusieurs générations d’un mode de vie pantouflard n’ont pas effacé des qualités ancestrales. Voilà qui prouve que le comportement d’une race dépend souvent de l’image qu’on en a !

 

Son éducation "une main de fer dans un gant de velours"

Il possède un énorme capital de sympathie, et les nouveaux acquéreurs sont assez surpris de trouver en fait un caractère un peu résistant. Il a souvent tendance à n’agir qu’à sa guise, sans aucune méchanceté bien entendu, car de nature généralement sociable. 

Lui inculquer un minimum d’éducation  ne constitue pas une sinécure. Il faut souvent se monter plus têtu que lui. Il faut également savoir faire preuve d’une certaine fermeté sans toutefois le brusquer.
Grâce à son besoin d’affection, on peut tout obtenir de lui. En réalité, ce qui fausse le jeu au départ, c’est son aspect de gros nounours. On a tendance à lui attribuer une nature absolument débonnaire, en fait il n’a rien du toutou placide, béat d’admiration devant ses maîtres. Il faut au contraire s’imposer d’emblée à lui, sinon il saura faire preuve d’une bonne dose d’indépendance. Bref, le dicton "une main de fer dans un gant de velours" s’impose à son éducation.

 

Goodies2017 1